«…Le Seigneur lui répondit: Marthe, Marthe, tu t’inquiètes et tu t`agites pour beaucoup de choses. Une seule chose est nécessaire. Marie a choisi la bonne part, qui ne lui sera point ôtée…»

Luc 10 / 38 – 42

 

 

Lectures :

Colossiens 1 : 24-28

Genese 18 : 1-10

Luc 10 : 38 à 42

 

Nous avons ici la réaction de Marthe et Marie lors de la visite de Jésus chez elles. Marthe était occupée à divers soins domestiques. Marthe signifie maitresse, maitresse de la maison. Quand Jésus est arrivé chez elle, elle trouvait normal de le servir. Humainement parlant il n’y a rien de mal  à cela, Marthe a la bonne réaction lors de la venue d’une personne renommée. Abraham a fait la même chose lors de la visite des anges. La question est quelle est la priorité à ce moment là ?

Par rapport à Marthe, quelle maitresse de maison digne de ce nom ne s’empresserait pas à servir des invités. Marie a compris l’essentiel. Elle était assise au pied de Jésus pour écouter sa Parole.  Aux yeux de Jésus une seule chose est nécessaire, Marie a choisi la bonne place qui ne lui sera pas ôtée. Une seule chose est nécessaire :  Toutes nos actions au service de Dieu et des autres doivent être fondés sur la Parole de Dieu. Pour Marthe, Jésus est celui qu’il faut nourrir, celui à qui il faut donner, quelqu’un à qui il faut faire des choses. Pour Marie, Jésus est celui qui nous donne, celui de qui il faut recevoir, et cela gratuitement. Marthe s’inquiète, s’agite, parce qu’elle croit que tout dépend d’elle. C’est la maitresse de maison qui gère tout, contrôle tout. Elle n’a pas compris qu’en invitant Jésus, c’est elle qui était invitée. L’attitude de Marthe est souvent la notre. Elle peut aller jusqu’à se fabriquer une sorte de religion qui utilise les mots et le langage de la foi, mais Dieu est absent. Il y a une religion sans Dieu quand des activités peuvent devenir plus importante que Dieu lui même. Si jamais un bon fonctionnement  ou une bonne organisation devenait le souci unique, si un succès de concert, de spectacle prenait le pas sur tout le reste, si jamais une quelconque activité  prenait le pas, on risque de ressembler à Marthe. Il en est ainsi dans l’Eglise. Souvent dans l’esprit de bien des chrétiens le succès, la gloire, l’efficacité de l’église deviennent beaucoup plus importants que Dieu lui même et le respect et l’amour des autres. C’est l’exemple qui est montré dans la parabole du bon samaritain, où les prêtres les lévites, les bons chrétiens n’ont pas vu la personne à demi-morte à ce moment là.

Comme à Marthe, Jésus te dit non pas que ce que tu fais est inutile, ou insignifiant, mais qu’il y a une chose qui doit primer: sa présence, sa personne. Il est là et prêt à te recevoir. Il n’y a qu’une chose à faire pour être son disciple : CHOISIR.

Tout choix est précédé de 2 actions : DECIDER et ABANDONNER. Quand on décide on doit abandonner. Tu ne peux pas te retrouver dans l’intimité de Jésus Christ si tu ne prends pas la décision d’abandonner telle ou telle chose. Il y a toujours des choses que l’on veut garder. Si tu ne peux pas lâcher tes soucis, tes préoccupations, ta position de « maitresse de maison » comme Marthe, que tu veux tout maitriser tout gérer, tu fais comme les docteurs de la loi de l’époque qui pensaient  que hériter de la vie éternelle s’obtenait par le fait de « FAIRE ». Jésus nous dit qu’il faut « se laisser faire »,  on est passif, on ne fait que recevoir. La question de la vie éternelle n’est pas une question de « faire » et « ne pas faire », mais « se laisser faire ».  Jésus Christ est venu pour annoncer cette bonne nouvelle. Tant que tu ne choisis pas la bonne part, tu seras toujours tiraillé à gauche à droite comme Marthe, il n’y aura pas de paix, de bonheur. Choisis la bonne part, celle qui ne sera jamais ôtée.
Marthe & Marie