Dieu renouvelle-t-il l’homme ?


Quand les frères de Joseph virent que leur père était mort, ils dirent : Si Joseph nous prenait en haine, et nous rendait tout le mal que nous lui avons fait ! Et ils firent dire à Joseph : Ton père a donné cet ordre avant de mourir : Vous parlerez ainsi à Joseph : Oh ! Pardonne le crime de tes frères et leur péché, car ils t’ont fait du mal ! Pardonne maintenant le péché des serviteurs du Dieu de ton père ! Joseph pleura, en entendant ces paroles.

Ses frères vinrent eux-mêmes se prosterner devant lui, et ils dirent : Nous sommes tes serviteurs.

Joseph leur dit : Soyez sans crainte ; car suis-je à la place de Dieu ? Vous aviez médité de me faire du mal : Dieu l’a changé en bien, pour accomplir ce qui arrive aujourd’hui, pour sauver la vie à un peuple nombreux. Soyez donc sans crainte ; je vous entretiendrai, vous et vos enfants. Et il les consola, en parlant à leur cœur.

Genèse 50 : 15-21

 En effet, nul de nous ne vit pour lui-même, et nul ne meurt pour lui-même. Car si nous vivons, nous vivons pour le Seigneur ; et si nous mourrons, nous mourrons pour le Seigneur. Soit donc que nous vivions, soit que nous mourions, nous sommes au Seigneur. Car Christ est mort et il a vécu, afin de dominer sur les morts et sur les vivants.

Romains 14 : 7-9

 Alors Pierre s’approcha de lui, et dit : Seigneur, combien de fois pardonnerai-je à mon frère, lorsqu’il péchera contre moi ? Sera-ce jusqu’à sept fois ?

Jésus lui dit : Je ne te dis pas jusqu’à sept fois, mais jusqu’à septante fois sept fois.

C’est pourquoi, le royaume des cieux est semblable à un roi qui voulut faire rendre compte à ses serviteurs. Quand il se mit à compter, on lui en amena un qui devait dix mille talents. Comme il n’avait pas de quoi payer, son maître ordonna qu’il fût vendu, lui, sa femme, ses enfants, et tout ce qu’il avait, et que la dette fût acquittée.

Le serviteur, se jetant à terre, se prosterna devant lui, et dit : Seigneur, aie patience envers moi, et je te paierai tout. Emu de compassion, le maître de ce serviteur le laissa aller, et lui remit la dette.

Après qu’il fut sorti, ce serviteur rencontra un des compagnons qui lui devait cent deniers. Il le saisit et l’étranglait, en disant : Paie ce que tu me dois.

Son compagnon, se jetant à terre, le suppliait, disant : Aie patience envers moi, et je te paierai.

Mais l’autre ne voulut pas, et il alla le jeter en prison, jusqu’à ce qu’il eût payé ce qu’il devait. Ses compagnons, ayant vu ce qui était arrivé, furent profondément attristés, et ils allèrent raconter à leur maître tout ce qui s’est passé.

Alors le maître fit appeler ce serviteur, et lui dit : Méchant serviteur, je t’avais remis en entier ta dette, parce que tu m’en avais supplié ; ne devais-tu pas aussi avoir pitié de ton compagnon, comme j’ai eu pitié de toi ? Et son maître, irrité, le livra aux bourreaux, jusqu’à ce qu’il eût payé tout ce qu’il devait.

C’est ainsi que mon Père céleste vous traitera, si chacun de vous ne pardonne à son frère de tout son cœur.

Matthieu 18 : 21-35

 

Dieu renouvelle-t-il l’homme ?

 

Nous nous posons beaucoup de questions, Quels choix faire ? Vers quoi s’orienter ?…

 

Alors Pierre s’approcha de lui, et dit : Seigneur, combien de fois pardonnerai-je à mon frère, lorsqu’il péchera contre moi ? Sera-ce jusqu’à sept fois ?

Jésus lui dit : Je ne te dis pas jusqu’à sept fois, mais jusqu’à septante fois sept fois.

(Mat 18 :21)

 

Jésus a une intelligence qui surpasse toute intelligence, il répondit ainsi : 7 fois 7 fois

 

Il nous exhorte dans ce passage a toujours pardonnés les fautes de nos frères. A chaque trahison nous nous devons en tant que chrétien pardonner à notre prochain.

Cela est très difficile pour nous humains à mettre en pratique.

Mais ce passage nous pousse à nous poser une question fondamentale : et nous comment est-ce qu’on se positionne par rapport à ce commandement ? Le mettons-nous réellement en pratique dans notre vie personnelle ?

 Un exemple simple, croyons-nous réellement en la confession des péchés que nous disons chaque dimanche ? Sommes-nous vraiment sincère ? ou est-ce que c’est juste une habitude ?

Il nous faut garder à l’esprit que rien n’est caché aux yeux de Dieu.

Dieu sait tout, il voit tout !

 

En tant que chrétien, notre devoir est de pardonner en toute circonstance autours de nous. C’est la volonté de Dieu.

 

En effet, nul de nous ne vit pour lui-même, et nul ne meurt pour lui-même. Car si nous vivons, nous vivons pour le Seigneur ; et si nous mourrons, nous mourrons pour le Seigneur. Soit donc que nous vivions, soit que nous mourions, nous sommes au Seigneur. Car Christ est mort et il a vécu, afin de dominer sur les morts et sur les vivants.

Romains 14 : 7-9

 

Ce passage nous enseigne que nous devons entièrement remettre notre vie entre les mains de Dieu. Ne croyons pas que notre Seigneur est mort ou endormie, Il est ressuscité et Il demeure à toujours.

 

Dans le passage de Matthieu lu précédemment, Dieu veut nous faire réfléchir sur le pardon à autrui.

 

Et dans le passage des Epitres de Paul aux Romains, Il veut nous rappeler que nous ne vivons pas pour nous mais nous appartenons au Seigneur, même si on se fourvoie souvent en se disant qu’on sait mieux que quiconque ce qui est bon pour nous (études, situation professionnelle, familiale…) et que nous sommes les seuls maîtres de notre vie. Sauf que cela est égoïste car on ne pense qu’à soi.

Lorsque nous acceptons le Seigneur dans notre vie que ce soit par le baptême ou la confirmation, nous donnons notre vie à Dieu.

 Même si nous avons tout ce dont on souhaite dans notre vie, nous devons consacrer notre vie à Dieu.

Nous avons une place dans la communauté de Dieu.

 

Nous devons nous efforcer à vivre selon ses préceptes, à vivre selon sa volonté.

Nous devons nous poser et faire le point sur notre vie. Considérer si nous allons continuer à vivre selon les principes du monde ou si on le laisse nous façonner.

Ainsi, posons-nous cette question fondamentale : quelle est ma place dans l’avancement du royaume de Dieu ?

Chacun à sa place dans la communauté, que ce soit dans l’église ou dans un sampana.

N’oublions pas que la Grâce est gratuite, alors nous nous devons de la partager.

 Dieu nous a tout donné et nous que lui rendons-nous en retour ?

 

Ce qu’il faut retenir :

Pouvons-nous nous repentir de nos fautes, sommes-nous en paix ? Avons-nous pardonné certainement les offenses subies par nos frères ?

 Il nous donne des jours, il nous prépare une place à ses côtés, ainsi qu’est-ce qui nous empêche d’en faire plus chaque jour pour le suivre et pour être à son service ?

 

Il nous béni chaque jour, par l’œuvre de son Saint-Esprit. Réjouissons-nous car Il nous couvre de bénédictions, et  parce qu’Il nous a pardonné. Alors c’est avec un cœur remplit de joie que nous pouvons le remercier.

 

D’après la prédication du Pasteur Randria – 11 septembre 2011 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *