Psaumes

Les Psaumes et la poésie.

 

De tous les Livres de la Bible ,celui des Psaumes occupe une place à part, il est à coup sur le plus utilisé .Juifs et chrétiens y trouvent une réserve inépuisable de prières pour toutes les circonstances de la vie, mais il n’est pas rare de voir des gens complètement étrangers à l’expression biblique de la foi y puiser une parole de réconfort lorsqu’ils sont en plein désarroi.

La forme poétique des psaumes serait-elle due du fait que la poésie est-elle plus propre que la prose à l’expression des sentiments? Ou la poésie permettrait –elle   de mieux honorer le Seigneur? Ou ce mode d’expression conviendrait –il mieux à un usage communautaire?

Notons au   passage   que la poésie hébraïque qui fait rimer le sens et non le son des mots oblige le poète à répéter sa propre pensée, ce qui permet souvent de la clarifier (Ps.

105;119).

Une forme poétique courante dans les psaumes est le poème alphabétique ou «».:chaque strophe ou chaque verset commence par une lettre de l’alphabet hébraïque. C’est pour faciliter l’apprentissage du texte par cœur que les auteurs avaient recours à ce procédé presque impossible à rendre dans une autre langue. Le psaume 119, le plus long est parmi ceux-là..

 

 

 

 

Les Psaumes et la musique.

 

Le succès des psaumes en vers français tenait de la musique sur laquelle on les chantait au 16ème siècle. Au moment de la Réforme, à coté du chant grégorien qui reproduit la psalmodie des clercs ,les innovateurs ne font pas l’unanimité. Luther était le plus ouvert à l’expression musicale; dès le début de la Réforme il indique son intention de répandre la parole divine par des cantiques en langue courante.. Les réformateurs ne se limitent pas à des textes bibliques.

D’autres par contre comme Zwingli s’opposent à l’ usage de la musique-.«chant d ’Église» est aboli   et les orgues démolies ou vendues(Berne 1528).

Calvin met au point son premier recueil en 1539 alors qu’il était réfugié à Strasbourg. Les psaumes se répandent tout naturellement aussi dans les églises luthériennes d’Allemagne.

Plus proches de nous, par la période et par l’identité nationale un compatriote Ranaivo s’est fait remarquer dans l’accompagnement musical des psaumes. Ainsi il a composé la musique de:

Mihirà fihiram-baovao(Ps 94)

Mihobia an’i Jehovah(Ps100)

Sambatra ny olona(Ps1)………..

Son fils Ranaivo Ranarivelo a emprunté sa voie en composant

Misaora an’iJehovah(Ps103)

Miderà an’iJehovah(Ps117)………..

 

Extrait du Mpamafy – edition Avril Mai 2001

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *